Crise sanitaire et numérique

La crise sanitaire que nous venons de traverser – nous espérons tous qu’elle va sur sa fin – aura accélérer d’une manière spectaculaire les usages du numérique. Au point qu’il nous est difficile d’imaginer ces confinements à répétition et sous différentes formes sans le numérique.

Ils ont fait exploser les achats sur internet, le télétravail, l’école à la maison, et la prise de rendez-vous médicaux suivie de la consultation à dsitance avec le docteur. La communication numérique a assuré à certains moments la quasi-totalité des liens familiaux et sociaux avec la messagerie, les sms, la circulation des images et photos, la communication et les activités de toute nature en visio. Sans oublier une activité redoublée sur les réseaux sociaux.

Croyons vraiment qu’une fois les restrictions levées nous abandonnerons toutes ces pratiques ? Certainement pas même si dans un premier temps l’euphorie des retrouvailles nous fera croire le contraire.

Alors pourquoi ? Une première raison est que la crise aura duré assez longtemps pour que nous prenions de nouvelles habitudes. Une autre est que nous avons constaté que les usages digitaux présentaient des avantages que sa pratique aura révélés. Économie de déplacements, de coûts, de temps, d’attentes au téléphone, livraisons à domicile, rapidité d’accès, élargissement des choix, découvertes de nouveaux usages etc … Je sais que certains d’entre nous ont eu des difficultés de connexion, des complications dues au fait qu’ils ont appris sur le tas, sans aide ni accompagnement, ou qu’ils n’étaient pas très bien équipés avec un matériel performant.

La plupart s’en sont sortis et c’est une vraie performance. Autre performance remarquable, – presque un miracle – le réseau internet, sollicité par des milliards d’individus dans le monde, ne s’est pas effondré sous le poids de la demande. La même surcharge en proportion sur la consommation électrique aurait provoqué un désastre.

Si nous voulons voir les choses d’une manière positive, on peut estimer que sur ce plan, les restrictions nous ont appris, en accéléré, les bénéfices que nous pouvons attendre du numérique.

Aujourd’hui c’est à chacun de nous de faire son mix entre avantages et inconvénients, entre « c’était mieux avant » et une utilisation raisonnée et raisonnable de ces technologies.

Ce qui est sûr c’est que les organismes qui se sont numérisés qu’ils soient administratifs, commerciaux ou autres ne renonceront plus aux avantages, nombreux, que la digitalisation représente pour eux.

Ajoutez vos commentaires

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *