Numérisation, destination inconnue !

Numérisation, destination inconnue ?

 Nous sommes en train de migrer à toute vitesse vers une nouvelle étape de l’humanité. Et nous ne connaissons à peu près rien de notre nouvelle destination. Sans doute n’aura-t-elle plus rien d’une étape stable dans le temps tant nous entrons dans un monde complexe et dans un flux de transformations rapides et imprévisibles.

Nous avançons en tâtonnant, constatant les changements au fur et à mesure, tels qu’ils surviennent. Ces transformations ne semblent pas s’inspirer d’une direction connue ou d’une volonté émanant d’une autorité extérieure. Ils ne semblent pas non plus basés sur une idéologie. Nous ne pouvons que constater qu’apparaissent de nouvelles procédures et des changements en rupture avec nos modes de vie et de pensée précédents. Nous avons l’impression de perdre la maitrise de notre futur proche. Le moyen ou long terme nous échappent totalement.

Le commerce en ligne, Amazon, les recherches Google, les manifs de protestation « spontanées » sur les Champs-Élysées, à Hong-Kong et ailleurs, les défilés climat, la communication instantanée par sms, la vidéophonie, les mails, Blablacar, le Boncoin, l’affaiblissement notoire des partis politiques classiques, des syndicats, les banques en ligne, la numérisation des administrations, Facebook et ses abonnés, Wikipédia, Instagram, les liseuses, le financement participatif des projets et entreprises, le Big Data, tout cela a envahi nos vies de tous les jours à une vitesse stupéfiante.

Mais les phénomènes les plus invasifs de nos modes de vie et de notre culture restent à venir et nous surprendront encore plus : la santé, l’éducation, la culture, les manipulations génétiques, l’utilisation de nos données à des fins sociales et politiques, le renouvellement du travail par les robots et les algorithmes, la blockchain qui contourne les intermédiaires de confiance et l’immense champ de données ouvert par l’internet des objets. Et enfin l’augmentation du nombre de personnes connectées sur notre planète grâce aux satellites qui leur serviront d’antennes relais à très bas coût.

La nature technologique de ce changement n’est pas seule en cause pour parler de révolution. La rapidité de son expansion dans le temps et l’espace et le fait que le numérique et le changement de société se stimulent et s’influencent mutuellement justifient de le qualifier de changement organique de la société.

Nous constatons les changements quand il se sont produits. Tellement accaparants, qu’ils peinent à nous rendre conscients de la révolution que nous vivons. Ils nous apparaissent trop éparpillés pour que nous puissions en saisir la logique.

Le mieux que nous puissions faire c’est d’en prendre conscience, d’en questionner leur signification et de tenter d’en pressentir le sens et la cohérence. Ce qui nous permettrait de bricoler des hypothèses, mais seulement des hypothèses, pour notre avenir à très court terme. Ne parlons pas du reste !

 

Des idées sur ce thème ? cliquez ICI

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *