Grève de la SNCF : une chance pour la mobilité ?

La grève de la SNCF : une chance pour la mobilité ?

On nous l’annonce jusqu’à saturation. La SNCF sera en grève massive à partir d’aujourd’hui. Pour 3 mois ? en grève ? en perturbation ? Laissons de côté les vraies raisons de ce mouvement aussi bien que celles de la volonté de réforme. Elle va gêner sans doute beaucoup la mobilité. Elle peut aussi faire réfléchir aux alternatives. Elle le fait déjà. Une chance offerte par le matraquage médiatique autour de l’événement.

La mobilité conditionne les activités humaines.

L’échange, de marchandises, de savoirs, se fait depuis la nuit des temps par la rencontre physique. Elle conditionne toujours dans une large mesure ces activités aujourd’hui. Mais depuis cette fameuse nuit des temps qui justifie si souvent le refus de faire autrement, le monde a changé. Et a accéléré depuis quelques décennies. Les échanges se font de moins en moins par des moyens qui avaient encore cours il y a quelques décennies. Regardez la Poste qui cherche à apporter d’autres services que la distribution d’un courrier de plus en plus rare, constatez que le télétravail gagne du terrain de jour en jour, voyez ce qui est en train de se passer en télémédecine, en e-commerce, en co-working, en visio-conférence, en covoiturage, en autopartage, vélos et autres. Autant de pratiques et d’expérimentations qui peuvent devenir des usages courants.

Alternatives ?

Le mouvement de grève s’il devait durer trois mois peut provoquer une accélération de toutes ces évolutions. Parce que les personnes qui ont besoin de continuer à être actifs durant toute cette période auront un temps suffisant pour se débrouiller autrement. Faisons leur confiance, ils trouveront, c’est certain. Et certains de ces moyens seront adoptés parce qu’ils marchent bien. Déjà des applications de covoiturage pour trajets courts sont boostées par ceux qui sont à la recherche de solutions alternatives. Le télétravail sera pratiqué et entrera plus vite dans les habitudes des entreprises qui ont beaucoup à y gagner. Beaucoup d’alternatives deviendront des usages quotidiens et, peut-être amélioreront, la vie de nos concitoyens.

La SNCF ne mourra pas pour autant. Elle en sortira transformée quelle que soit le compromis qui mettra fin au conflit.

Résilience

Cette spéculation est-elle trop optimiste ? En partie seulement. Je crois que nous sortons toujours plus avertis et conscients de notre évolution lors d’un conflit ou d’une crise. Une pensée alternative pour contrer la peur que voudrait nous instiller l’actualité instantanée. desssiner d’autres chemins est un choix. Parfois une figure imposée.

 

 

 

 

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *