Rôle des seniors et retraités

 

www.campus-seniors.fr  est le blog d’informations et de dialogues de l’association actisse.

Le rôle des seniors dans la société

« actisse » affirme le rôle que les seniors et retraités tiennent dans une société de tous les âges. Loin des visions comptables de classes d’âges et de leur définition dans des catégories de producteurs et de consommateurs, de rentiers ou de cibles fiscales Nous donnons notre avis sur des mesures qui les concernent mais « actisse » ne s’inscrit pas dans un égoïsme corporatiste.

Il y a bien mieux à vivre et à expérimenter pour le temps et l’espace ouverts à celles et ceux qui retrouvent la maitrise de l’emploi de leur temps disponible.

Les seniors participent à la cohésion sociale

Les seniors sont les parents et grands-parents des actifs et futurs actifs. Ils ne sont pas ni passifs ni enfermés dans une catégorie séparée des autres générations. Ils aident et coopèrent avec leurs descendants, souvent leurs ascendants, et sont des légions bénévoles à œuvrer au sein d’associations d’entraide, d’intérêt général et de bien commun. Ils sont des citoyens actifs pour des missions d’accompagnements et d’aides au sein d’ONG, de conseils municipaux et en politique. Ils sont une des composantes indispensables à la cohésion sociale.

Nous sommes aussi friands de tout ce qui change dans le domaine des sciences, de la technologie, des modes de vie et des débats éthiques nécessaires.

Toutes nos actions, l’information que nous diffusons, le blog que nous éditons, l’entraide que nous organisons, les initiatives et les partenariats que nous envisageons s’inscrivent dans ce but.

Venez nous rejoindre !

Vous êtes intéressé-e-s par un tel mouvement ? Venez nous rejoindre !

Numérisation, destination inconnue !

Numérisation, destination inconnue ?

 Nous sommes en train de migrer à toute vitesse vers une nouvelle étape de l’humanité. Et nous ne connaissons à peu près rien de notre nouvelle destination. Sans doute n’aura-t-elle plus rien d’une étape stable dans le temps tant nous entrons dans un monde complexe et dans un flux de transformations rapides et imprévisibles.

Nous avançons en tâtonnant, constatant les changements au fur et à mesure, tels qu’ils surviennent. Ces transformations ne semblent pas s’inspirer d’une direction connue ou d’une volonté émanant d’une autorité extérieure. Ils ne semblent pas non plus basés sur une idéologie. Nous ne pouvons que constater qu’apparaissent de nouvelles procédures et des changements en rupture avec nos modes de vie et de pensée précédents. Nous avons l’impression de perdre la maitrise de notre futur proche. Le moyen ou long terme nous échappent totalement.

Le commerce en ligne, Amazon, les recherches Google, les manifs de protestation « spontanées » sur les Champs-Élysées, à Hong-Kong et ailleurs, les défilés climat, la communication instantanée par sms, la vidéophonie, les mails, Blablacar, le Boncoin, l’affaiblissement notoire des partis politiques classiques, des syndicats, les banques en ligne, la numérisation des administrations, Facebook et ses abonnés, Wikipédia, Instagram, les liseuses, le financement participatif des projets et entreprises, le Big Data, tout cela a envahi nos vies de tous les jours à une vitesse stupéfiante.

Mais les phénomènes les plus invasifs de nos modes de vie et de notre culture restent à venir et nous surprendront encore plus : la santé, l’éducation, la culture, les manipulations génétiques, l’utilisation de nos données à des fins sociales et politiques, le renouvellement du travail par les robots et les algorithmes, la blockchain qui contourne les intermédiaires de confiance et l’immense champ de données ouvert par l’internet des objets. Et enfin l’augmentation du nombre de personnes connectées sur notre planète grâce aux satellites qui leur serviront d’antennes relais à très bas coût.

La nature technologique de ce changement n’est pas seule en cause pour parler de révolution. La rapidité de son expansion dans le temps et l’espace et le fait que le numérique et le changement de société se stimulent et s’influencent mutuellement justifient de le qualifier de changement organique de la société.

Nous constatons les changements quand il se sont produits. Tellement accaparants, qu’ils peinent à nous rendre conscients de la révolution que nous vivons. Ils nous apparaissent trop éparpillés pour que nous puissions en saisir la logique.

Le mieux que nous puissions faire c’est d’en prendre conscience, d’en questionner leur signification et de tenter d’en pressentir le sens et la cohérence. Ce qui nous permettrait de bricoler des hypothèses, mais seulement des hypothèses, pour notre avenir à très court terme. Ne parlons pas du reste !

 

Des idées sur ce thème ? cliquez ICI

 

 

Plus loin avec le numérique ?

Plus loin avec le numérique ?

Depuis quelques années maintenant nous apprenons à utiliser l’internet, les messageries et d’autres applications numériques d’une manière plus fiable et plus éclairée. La numérisation de nos gestes quotidiens nous offre des avantages indéniables et quelques inconvénients tout aussi évidents. 

Mais avons-nous conscience des conséquences que ces usages, quotidiennement répétés, multipliés par le nombre d’internautes dans le monde – dont nous faisons partie – ont pour conséquence irréversible sur nos futurs modes de vie et le fonctionnement de notre société ? Pas seulement pour nous, égoïstement, mais aussi pour nos petits-enfants et au-delà.

Nous ne voyons souvent qu’une infime partie de ces conséquences, celles les plus souvent évoquées, de la publicité ciblée à partir de nos requêtes et du contenu de nos messageries. Ne nous méprenons pas et portons notre regard plus loin. Depuis longtemps les entreprises en technologies numériques n’en sont pas restées à ce stade. Même si cela leur rapporte encore aujourd’hui une grande partie de leurs ressources. 

Nous pouvons et nous devons nous poser la question de ce que font les grands acteurs privés de nos données. La prise de conscience de cette question ne peut pas relever de la responsabilité exclusive des gouvernements ou des organisations internationales. Ces derniers ne pourront que freiner, éventuellement réguler et difficilement censurer ces entreprises très puissantes, parfois plus que les États eux-mêmes. (CNIL et RGPD)

La prise de conscience nous appartient, à nous utilisateurs quotidiens de ces technologies. C’est à dire vous, moi, citoyens, pourvoyeurs, le plus souvent inconscients, de nos données de navigation personnelle. 

Concrètement cela veut dire qu’au-delà ou en même temps que nous continuerons à nous familiariser avec les usages numériques nous devons nous interroger sur les implications éthiques de ces usages et prendre en compte qu’à chaque fois que nous nous connectons nos gestes et nos mots sont enregistrés, stockés et potentiellement exploitables pour des usages que nous ignorons par des entreprises très – trop ?- discrètes.

Cela ne veut pas dire que l’exploitation de nos données ne soit pas utile. Elle peut l’être et d’une manière très positive comme elle peut être tout aussi bien néfaste et même se retourner contre nos intérêts et l’intérêt général. Le vrai problème est que ces données sont entre les mains d’acteurs inconnus et que nous et nos institutions démocratiques perdent la maitrise de ce qu’ils font ou feront avec les données privées des citoyens.

C’est à nous utilisateurs et citoyens conscients des conséquences à moyen et long terme de nos gestes quotidiens de nous poser les questions pertinentes à ce sujet. Il ne s’agit pas de ne plus utiliser internet mais de l’utiliser en conscience. Prenons un seul exemple concret : changer le moteur de recherche de votre navigateur en le remplaçant par Qwant au lieu de Google. 

Et en parler et échanger entre vous tous, utilisateurs de tous ces terminaux. Savoir, autrement dit prendre conscience, renforce notre pouvoir d’adaptation à l’évolution de cet environnement numérique.

Apportez et partagez toutes vos idées à ce sujet ICI